PLUS DE 160 ANS D'HISTOIRE

2018

La Maison fête ses 160 ans de création et d'innovation.

Les Moments B

1858

En 1858, Frédéric Boucheron, issu d’une famille de drapiers, ouvre sa première boutique Galerie de Valois à Paris, sous l'arcade du Palais Royal, alors le centre du luxe parisien. C'est le début d'une aventure extraordinaire qui dure depuis près de 160 ans.

2017

La collection de haute joaillerie Hiver Impérial est présentée à Laennec dans une scénographie immersive qui rendait hommage au Grand Est.

Les Moments B

Or sculpté

Depuis 160 ans, Boucheron met son savoir-faire au service de la matière.
Reconnu comme un grand sculpteur d’or, la Maison a toujours privilégié le travail de ce métal qui se magnifie sous les mains de l’artisan. Pour la collection Serpent Bohème, l'animal n’étant pas représenté de manière figurative, mais imagée, le travail de l’or par les orfèvres de la Maison n’en est que plus important.
Pour animer la matière, les ciseleurs compriment le métal grâce à des marteaux et des ciselets. Et par ce geste, les pièces prennent vie.

2016

Avec "26 Vendôme", Boucheron propose une collection de Haute Joaillerie exceptionnelle rendant hommage aux trois piliers stylistiques de la Maison : la Couture, l'Architecture et la Nature.

Les Moments B

Hotel de Nocé

Frédéric Boucheron révèle très tôt son audace lorsqu’il décide de s’agrandir en quittant les arcades du Palais Royal pour s’installer Place Vendôme en 1893. Il choisit le 26 Vendôme pour son emplacement stratégique entre le nouveau quartier de l’Opéra Garnier et les jardins des Tuileries, deux lieux qui attirent la haute bourgeoisie pour ses distractions et pour ses boutiques de mode. L’immeuble se trouve à cheval sur la rue de la Paix et sur la belle place imaginée par Jules-Hardouin Mansart. Boucheron donne à son magasin une allure unique en faisant percer de hautes et majestueuses ouvertures, ornées de marbre vert marquées à l’or fin de son nom, en lettres capitales. Depuis lors, la Place Vendôme est devenue le haut lieu de la joaillerie française.

2014

La Maison Boucheron présente sa collection de Haute Joaillerie « Rêves d’Ailleurs » à la 26ème Biennale des antiquaires.

Les Moments B

Corbeille de mariage

En Janvier 1913, à la demande du Baron et de la Baronne E. de R., Boucheron réalise une corbeille de noces que leur fils James a l’intention d’offrir à son épouse Dorothy Pinto pour leur mariage. Cette corbeille de noce composée d’un collier, d’un diadème, d’un bandeau et d’une broche a été réalisée à partir de 12 grosses perles blanches et de 80 diamants, fournies par le Baron. Boucheron complètera les pierres manquantes afin de parfaire cette commande hors norme.

2013

La Maison Boucheron accueille Hiroshi Sugimoto lors d’une exposition temporaire au 26 Place Vendôme. Son travail de la lumière fait résonance à la collection Haute Joaillerie « Hôtel de la Lumière ».

Les Moments B

Expositions universelles

Lors de sa première présentation à une exposition universelle en 1867, Frédéric Boucheron remporte une médaille d’or, cette récompense annonce le début d’une longue carrière, de nombreux honneurs et d’une consécration internationale. Lors de l’Exposition Universelle de 1878, le jury est de nouveau saisi par l’originalité des pièces présentées ; la Maison Boucheron remporte le Grand Prix pour ses créations parmi lesquelles un collier de saphirs créé pour sa riche cliente américaine, Marie Louise MacKay. Celui-ci est orné d’un saphir central de 159 carats. Le XIXème siècle est celui des plus riches parures mais c’est aussi celui où les femmes sont les plus contraintes, par la mode aussi bien que par leur style de vie. Elles sont entourées de servantes qui les assistent aussi bien pour s’habiller, se coiffer ou se parer de leurs bijoux.
En 1879, Frédéric Boucheron et son chef d’atelier Paul Legrand, inventent un collier révolutionnaire, sans fermoir. Ce collier fera l’admiration des membres du jury qui lui attribuera, en 1889, le Grand Prix à l’Exposition Universelle, pour une collection de bijoux exceptionnels. En 1900, Boucheron remporte la médaille d'or pour son orfèvrerie et un Grand Prix pour une joaillerie remarquable d’innovation. Enfin, la Maison Boucheron remporte son dernier Grand Prix en 1931 à l'occasion de l'exposition coloniale.

2013

Boucheron poursuit son développement en Asie.
La Maison ouvre deux boutiques à Hong-Kong, situées sur Pedder Street et Ocean Terminal, véritables joyaux de la Perle de l’Orient.

Les Moments B

Salon Chinois

Inspiré de la mode asiatique qui a enchanté l'Europe à la fin du XIXe siècle, le Salon Chinois démontre une nouvelle fois l’attrait de la Maison Boucheron pour les horizons exotiques et luxueux. La dimension et les moulures qui ornent ses panneaux ont été faits à la mesure de la pièce, conférant à ce Salon le statut d’œuvre exceptionnelle. Le « vernis Martin » rouge carmin qui la recouvre, donne à cette pièce mythique de la boutique du 26, Place Vendôme une atmosphère secrète et confidentielle très prisée à l’époque. Le Salon comportait en effet deux vitrines, dont l’une dissimulait une porte dérobée permettant de préserver l’intimité de certains clients souhaitant échapper à des regards indiscrets.

2012

La Maison Boucheron participe à la XXVI° Biennale des Antiquaires au Grand Palais à Paris.

Les Moments B

La Castiglione

Surnommée « La Divine », la comtesse de Castiglione était connue pour être la plus belle femme de son siècle. Cette beauté mystérieuse résida 15 ans à l’entresol du 26 place Vendôme, partageant avec Frédéric Boucheron l’hôtel particulier de Nocé ; elle affectionnait particulièrement ses créations et devint vite une fidèle ambassadrice de la Maison.
Gagnant tous les cœurs, notamment celui de Napoléon III, elle fut couverte de bijoux par ceux qui s’éprirent follement d’elle. Afin que sa beauté irréelle ne soit pas altérée par la lumière du soleil, la Castiglione ne sortait que la nuit, parée de ses bijoux qui resplendissaient sous les lueurs de la place Vendôme. On raconte qu’à son retour, une fois seule, elle s’abandonnait à la contemplation de ses joyaux, à jamais émerveillée par l’éclat magique des pierres les plus étincelantes.

2011

Symbole de noblesse et d'élégance, le cygne vient compléter de son aura majestueuse le bestiaire foisonnant de la Maison.

Découvrir la création

Les Moments B

Wladimir

Wladimir le chat de Gérard Boucheron, était le plus grand habitué de la boutique place Vendôme : il y errait comme chez lui, entre pierres et parures. Dans l’hôtel particulier du 26 place Vendôme, la présence de Wladimir évoquait une vraie maison de famille. Considéré comme un chat porte bonheur, particulièrement affectueux il recherchait la tendresse et les caresses des clientes de la Maison qui le connaissait bien. Depuis lors, jamais les animaux Boucheron n’ont été agressifs et dangereux. 

2010

Création du garde-temps de Haute Joaillerie 'Ladyhawke Tourbillon', célébrant la collaboration de la Maison Boucheron avec la Manufacture Girard-Perregaux.

Les Moments B

Je ne sonne que les Heures Heureuses

En 1785, l’horloger Rousseau, inventa un nouveau genre de cadran solaire dont le canon était surmonté d’une loupe orientée sur le passage du soleil, dans l’alignement parfait du méridien de Paris. Celui-ci permettait de régler les montres et horloges à midi. Ce cadran, initialement situé dans le jardin du Palais Royal, renvoyait quotidiennement sa lumière au sein de la première boutique de Frédéric Boucheron, située sous les arcades.
Sur le socle d'origine on pouvait lire: "Horas non numero nisi serenas" – « Je ne Sonne que les Heures Heureuses ». Fasciné par cette vision du temps et de la vie, Frédéric Boucheron choisit de faire sienne cette devise. Les premières créations de la Maison y font référence : Frédéric Boucheron souhaite être l’horloger qui ne compte que les Heures Heureuses, et fait de cette expression un hymne à la vie.

2008

Célébration des 150 ans de la Maison Boucheron au Petit Palais à Paris.

Les Moments B

La place Vendôme

Frédéric Boucheron choisit de s’installer au numéro 26 de la Place Vendôme, là où la lumière est la plus belle. Il y déménagera également ses ateliers. La Maison Boucheron devient alors le premier des grands joailliers contemporains à investir la place. Au fil du temps, la Place Vendôme devient le cœur de Paris. L’écrin d’un savoir-vivre, d’un savoir-faire et d’une élégance à la française qui n’a aucun égal dans le monde. 

2005

Délicat et espiègle, le Hérisson de cette bague se pare d'un code emblématique de la Maison, le motif Pointe de diamant, et rejoint les Animaux de Collection chers à Boucheron.

Découvrir la création

Les Moments B

Cristal de roche

Depuis sa création en 1858, Boucheron sonde la matière. La Maison s’intéresse aux pierres fines ou aux matières exotiques et intègre dans ses collections le lapis-lazuli, le corail, l’hématite, l’onyx, le chanvre, le bois d’amourette. Dès les années 1980, le cristal de roche devient l'une des matières favorites du joaillier. Choisie pour sa transparence habitée, le cristal de roche devient rapidement un incontournable des collections de Haute Joaillerie. Sculpté en bijoux ou objets d’art, il propose de nouvelles alternatives stylistiques qui continuent d’irriguer la création aujourd’hui, honorant l’imagination sans limite du fondateur de la Maison. 

2004

Création de l'une des collections iconiques de la Maison : Quatre.

Découvrir la création

Les Moments B

Pari(s) d'amour

Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des «Paris d’Amour»…
La Maison Boucheron sculpte depuis 160 ans l’Histoire des Amours Véritables en s’inspirant de leur extravagance et de leur quête
d’absolu. Car pour Boucheron, l’amour est un Art. Aussi irrationnel qu’universel, il naît dans la liberté et se nourrit de passion.
Cet amour-là est vaste et impossible à contenir. Tel un défi lancé à l’éternité, il se vit comme un élan de vie insensé reliant l’intensité du coup de foudre à la constance des amours immortelles.

2003

Lancement de la collection Ava en hommage à la grâce intemporelle d’Ava Gardner.

Découvrir la création

Les Moments B

Delilah

Le Grand Duc Wladimir, tomba fou amoureux au cours d’une soirée, alors qu’il ramassait l’écharpe en soie qu’une jeune femme venait de laisser tomber. En hommage à cette rencontre et pour éterniser cet instant extraordinaire, il commande à Frédéric Boucheron quelques années plus tard un collier en or reproduisant la souplesse d’une écharpe de métal, symbole d’un amour éternel pour sa femme. Depuis lors, la Maison traite et travaille toujours l’or comme une étoffe, un tissu souple et fluide, en des bijoux qui semblent être cousu de fils d’or.

1988

La Maison Boucheron fête ses 130 ans lors d’une grande rétrospective au musée Jacquemart-André et lance son premier parfum.

Découvrir la création

Les Moments B

La nature triomphante

La nature est une source d’inspiration intarissable pour la Maison : sa diversité, son idéal esthétique et la richesse de ses symboliques engendrent, au fil du temps et des collections, des créations aussi diverses que remarquables. Elle innerve depuis toujours l’histoire joaillière de la maison, selon une vision qui lui est propre : la Nature Triomphante. Pas de fleurs apprêtées ou apprivoisées. La nature selon Boucheron est libre, fière et sauvage. Elle est saisie dans sa vérité pour en magnifier sa beauté. Sortis des ateliers du 26 place Vendôme, le lierre, la pensée ou le blé véhiculent une symbolique entre onirisme et réalité.

1973

Ouverture de la première boutique au Japon. Magnifique exemple d’une pièce s’inspirant du pays du soleil levant, cette tiare de 1910 rend hommage à la fameuse peinture de Hokusai, intitulée La Grande Vague de Kanagawa, tirée de la série « Trente-six vues du Mont Fuji ».

Les Moments B

La plume de paon

Le motif plume de paon apparait chez Boucheron à partir de 1866. Sa structure graphique et sa grâce aérienne dégagent une force de séduction qui subjugue le joaillier. C’est d’ailleurs en jouant avec une plume de paon que Frédéric Boucheron et son chef d’atelier Paul Legrand eurent l’idée en 1883 de créer le célèbre collier Point d’interrogation. Le grand-duc Alexis Alexandrovitch Romanov, connu pour la modernité de ses goûts, ne s’y trompe pas et l’acquiert immédiatement. Depuis, de nouvelles interprétations du remarquable plumage agrémentent régulièrement les collections de Haute Joaillerie. 

1968

Création des premières pièces de la collection Serpent. Animal protecteur et symbole d’infini, le Serpent est un des codes iconiques de la Maison.

Découvrir la création

Les Moments B

Edith Piaf

En 1948, après avoir composé l’Hymne à l’amour et pour se porter bonheur lorsque la chanson est donnée pour la première fois, Edith Piaf achète auprès de la Maison Boucheron une montre Reflet. Après le succès extraordinaire de ce morceau, elle considère la montre Reflet comme un talisman. Entre 1949 et 1963, la Môme acheta pas moins de 21 montres Reflet, dont une qu’elle offrit à celui qui fut l’amour de sa vie, Marcel Cerdan. 

1947

Lancement de la première montre Reflet. Celle-ci intègre un système invisible permettant de changer soi-même son bracelet. Cette innovation est breveté par la Maison.

Découvrir la création

Les Moments B

Shah d’Iran

L’expertise de l’un des plus fabuleux trésors au monde

En 1930, Louis Boucheron est commissionné par le Shah d’Iran afin d’expertiser le trésor national d’Iran : l’un des plus fabuleux trésors au monde, composé des pierres précieuses les plus incroyables et des objets les plus extraordinaires que Louis Boucheron aie jamais vu. Il contient notamment un trône en or entièrement recouvert de pierres précieuses ou encore un globe serti de 51 336 pierres.
L’estimation prend des mois à Louis Boucheron et son bilan demeure un secret qu’il ne révèlera jamais.
Louis Boucheron et ses descendants sont les Gardiens Officiels du trésor d’Iran, qui se trouve aujourd’hui encore à Téhéran.

1930

La Maison Boucheron est chargée par le Shah d’Iran d’expertiser les joyaux de la couronne et devient alors le conservateur officiel du trésor national.

Les Moments B

Maharadjah de Patiala

La plus merveilleuse commande de la place Vendôme

C’est escorté de ses serviteurs chargés de six coffrets de pierres précieuses, dont 7571 diamants et 1432 émeraudes, que le Maharadjah de Patiala passe la porte du 26 place Vendôme en août 1928. Attiré par la réputation de la Maison Boucheron et le lien fort que ce dernier entretien avec l’Inde, il demande au joaillier de constituer une parure exceptionnelle de 149 pièces avec plusieurs milliers de diamants, rubis et émeraudes issus de son trésor. Cette commande est à ce jour la plus importante et la plus exceptionnelle passée sur la Place Vendôme.

1921

La Maison Boucheron crée un diadème d’exception qui deviendra un des bijoux favoris de la Reine Mère Elizabeth.

Les Moments B

Le Point d'interrogation

En 1883, le Grand duc Alexis, fidèle client Boucheron, achète un étonnant collier plume de paon en émeraudes et diamants. Sa forme audacieuse lui vaut le nom de "point d'interrogation", car il s'enfile autour du cou sans attache, libérant la femme autant qu'il l'orne. Pensé par Frédéric et son chef d’atelier Paul Legrand, ce porté asymétrique est d’une modernité sans précédent et fera partie de la collection qui remportera en 1889 la Medaille d'Or à l'Exposition Universelle . 

1909

Premier voyage de Louis Boucheron en Inde. Destinés à acquérir les pierres précieuses les plus rares, ces voyages marqueront profondément la création de la Haute Joaillerie de la Maison Boucheron.

Les Moments B

Couture

Né de parents drapiers, Frédéric Boucheron a conservé de son enfance le souvenir des étoffes.
Fort de cette éducation de la délicatesse, il entreprend de travailler l’or et les pierres précieuses avec la même souplesse que les tissus ou la dentelle de son enfance.
Le thème de la Couture continue d’inspirer la Maison Boucheron qui, à travers les collections de Haute Joaillerie intemporelles, invente les classiques de demain.

1903

Ouverture d’une boutique à Londres, sur New Bond Street et d’un bureau à New-York.

Les Moments B

Architecture

Perfection géométrique ou pureté des lignes Art Déco, Boucheron a toujours aimé passionnément l’abstraction.
Depuis près de 160 ans, son inclination pour les proportions justes, les structures nobles et les formes majestueuses influence la création artistique des pièces Boucheron.

1900

À l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris, la Maison Boucheron reçoit la médaille d’or et s’affirme comme l’un des acteurs majeurs de l’Art Nouveau.

Les Moments B

Les Grandes Horizontales

Les pièces qui sortent des ateliers Boucheron sont créatives et audacieuses. C'est ce qui attire les femmes aux mœurs plus libres à se rendre dans sa boutique du Palais Royal. Ces femmes du demi-monde, aussi belles que mystérieuses, sont fascinées par les pierres et les perles qu'elles collectionnent en souvenir de leurs amants et de leurs gloires passées. 

1897

La Maison Boucheron ouvre sa Première Boutique à Moscou. Elle sera transférée en 1911 à Saint Pétersbourg (la Boutique de Moscou ouvrira à nouveau ses portes en 2003).

Les Moments B

La famille impériale russe

A partir de 1860, et pendant près de 40 ans, la famille Impériale de Russie composera une partie importante de la clientèle Boucheron. La grande-duchesse Maria Nicoaivna, la tsarine Maria Alexandronova, Alexandre III, ou encore le grand duc Alexis faisaient tous halte chez Boucheron à chacun de leurs voyages à Paris, rendant le nom du joaillier honorablement connu à la cour de Russie.
C'est la raison pour laquelle, en 1897, Frédéric Boucheron décide d'ouvrir sa première succursale étrangère à Moscou.

1893

Frédéric Boucheron choisit de s’installer au numéro 26 de la Place Vendôme, là où la lumière est la plus belle. Il y déménagera aussi ses ateliers. La Maison Boucheron devient alors le Premier joaillier à investir la place.

Les Moments B

Les animaux

Année après année, la Maison Boucheron enrichit sa collection d'animaux fabuleux, pour le plus grand plaisir des initiés. Précurseur en la matière, Boucheron capte la force positive de la nature, devenue une intarissable source d'inspiration.
Plus que de simples créations joaillières, les animaux-bijoux sont des talismans aux pouvoirs protecteurs. Réalistes ou mythiques, ils sont tous porteurs d’une signification et prénommés avec soin.
La singularité de chacun de ces insolites compagnons en fait des êtres d'exception.

1889

À l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris, la Maison Boucheron présente son premier collier « point d’interrogation ». Ce style de collier est depuis resté un incontournable de la Maison.

Les Moments B

Les Joyaux de la Couronne

En 1887 eut lieu au Louvre l’une des plus célèbres ventes de bijoux au monde, à l’époque qualifiée de « vente du siècle » : celle des Joyaux de la Couronne Française. Seul français parmi les plus grands joailliers du monde entier, Frédéric Boucheron parvint à y acheter 31 diamants les célèbres Mazarin pesant respectivement 18 et 16 carats, ainsi qu'une partie des plus beaux bijoux de l’impératrice Eugénie, pour lequel les enchères s’envolèrent. Quand le bruit courut que Frédéric Boucheron s’était porté acquéreur de cette pierre somptueuse, le tout Paris se demanda qui en était le réel commanditaire. Frédéric s’était en fait procuré ce diamant pour le monter sur une bague et l’offrir à sa femme, Gabrielle, en gage de son amour éternel. Depuis lors, Boucheron est devenu le joaillier de l’amour, et la tradition veut que les hommes les plus épris viennent y choisir une bague de fiançailles. 

1887

Vente aux enchères des diamants de la couronne de France. Frédéric Boucheron est le seul acquéreur français de cette vente qui donnera lieu à la création de nombreux bijoux inspirés par les joyaux de la couronne.

Les Moments B

Madame Mackay

Citée à 102 reprises dans les livres de commandes de la Maison entre 1876 et 1902, Marie-Louise Mackay, américaine fortunée, réalise parmi les plus impressionnantes commandes passées auprès de la Maison Boucheron. Elle vint un jour chez Boucheron sans idée précise de ce qu’elle souhaitait, demandant simplement au joaillier une pierre extraordinaire. Eperdument amoureux d'elle, son mari demanda à Frédéric Boucheron de chercher en secret le plus beau des saphirs pour évoquer la couleur intense de son regard d'un bleu profond. Il fit finalement monter sur un collier un saphir du Cachemire de 159 carats qui ravit Madame Mackay, dont on dit alors qu’elle possédait le plus beau saphir du monde. Son mari complètera par la suite cette commande d'un collier, d'un diadème et de clips d'oreilles assortis. Frédéric Boucheron avait d’ores et déjà compris que la beauté d’une pierre, d’un bijou sert avant tout à mettre en valeur la beauté d’une femme. 

1878

Lors de l’Exposition Universelle de Paris, la Maison Boucheron remporte le Grand Prix pour ses créations parmi lesquelles un collier de saphirs créé pour Marie Louise MacKay. Celui-ci est orné d’un saphir central de 159 carats.

Les Moments B

Frédéric Boucheron

Frédéric boucheron nait en 1831 au sein d'une famille de drapiers. Très jeune, il rompt avec la tradition familiale pour ouvrir sa boutique de joaillerie. Fort de cette éducation de la délicatesse, il entreprend de travailler l’or avec la même souplesse que les tissus ou la dentelle de son enfance. Le succès est immédiat et le tout Paris se presse à la porte de sa boutique du Palais Royal. En 1893, il est le premier joaillier à s'installer Place Vendôme, faisant de ce lieu l'écrin d’un savoir-vivre, d’un savoir-faire et d’une élégance à la française qui n’a aucun égal dans le monde. C’est cette capacité unique de Frédéric Boucheron à appréhender l’air du temps qui le pousse également à innover en matière de portés. Son succès dépasse les frontières et ses carnets de commandes comptent les noms des familles Royales ou encore des plus grandes  stars Hollywoodiennes. 

1867

Frédéric Boucheron reçoit la médaille d’or lors de l’Exposition Universelle de Paris pour son esprit d’innovation dans la création de bijoux.

Les Moments B

Le serpent

Il y a du mystère dans Serpent Bohème. Une esthétique envoûtante qui attire les femmes de caractère et attise leur féminité. Sortie de l’atelier de la Maison pour la première fois en 1968, la collection Serpent Bohème a traversé les époques et s’est imposée comme un classique Boucheron. À peine suggéré par une goutte couronnée de billes d’or, le serpent dévoile un corps précieux ciselé aux ondulations sensuelles. La collection incarne l’esprit libre et la créativité de la Maison Boucheron. 50 ans après son lancement, Serpent Bohème se réinvente en pierres de couleur qui viennent compléter les créations pavées de diamants.

1866

Boucheron crée ses ateliers.

Les Moments B

160 ans de création

En 2018, la Maison Boucheron célèbre ses 160 ans de création. Fondée en 1858 par Frédéric Boucheron, elle est la plus ancienne Maison de joaillerie de la Place Vendôme. Célèbre à travers le monde pour son style libre et audacieux, Boucheron a su concquérir le cœur des femmes en proposant des pièces toujours plus créatives et serties de pierres de caractère. 

1858

Frédéric Boucheron ouvre sa première boutique Galerie de Valois à Paris au Palais Royal, alors le centre du luxe parisien.

La lettre du 26 Vendôme

Soyez informé(e) des actualités et événements de la Maison Boucheron en avant-première et entrez dans l’univers du premier joaillier de la Place Vendôme.